· 

Ressources sur la Kabbale

Disclaimer : je parle dans cet article de la Kabbale juive, il existe aussi une Kabbale chrétienne.


Comme vous avez pu le remarquer dans mes vidéos matinales, j'interprète souvent le tarot avec une grille de lecture kabbaliste et juive : parce que cela fait partie de ma culture et de ma vie, cette symbolique habite ma lecture des cartes.

 

Et il faut dire que cela s'y prête bien : nombreux sont les auteurs qui ont fait le lien entre le tarot et la Kabbale. Les 22 arcanes majeurs seraient associés aux 22 lettres de l'alphabet hébraïque, les mêmes qui ont servi à créer le monde (le verbe est créateur dans la pensée juive), les 4 suites sont associés aux quatre différents mondes décrits dans la kabbale...

 



De ce fait, vous êtes nombreux-ses à me demander des ressources pour mieux connaître ce monde merveilleux qu'est la Kabbale.

 

Mais avant de commencer, j'aimerais néanmoins attirer votre attention sur certains points :

- La Kabbale juive est un enseignement mystique et secret, qui ne peut être dissocié d'une vie juive, de la pensée juive. La Kabbale, c'est - entre autre chose - aller chercher les secrets non explicites dans le texte de la Torah (d'où la carte de la Grande Prêtresse, celle qui lève le voile sur les secrets de la Torah, le rouleau qu'elle tient dans la main).

- À mon sens, il est difficile de vraiment comprendre tous les secrets et les ressorts de la pensée kabbaliste sans appréhender le judaïsme.

- La "vraie" Kabbale n'a rien à voir avec la secte dont a fait partie Madonna.

 

Est-il nécessaire de connaître la symbolique kabbaliste pour interpréter le tarot ?

Non, bien sûr que non. Il existe plein d'autres manières de lire le tarot, par exemple la numérologie, que moi j'utilise très peu, voire par du tout ! Vous pouvez également utiliser la psychologie jungienne, ou encore la symbolique maçonnique, que l'on retrouve aussi dans le Rider-Waite-Smith par exemple. Utilisez ce qui vous parle.

 

Peut-on se dire kabbaliste si on n'est pas juif-ve ni initié ?

Pour moi, non. Déjà même au sein du peuple juif, il existe une tradition qui dit qu'il faut attendre d'avoir quarante ans pour pouvoir espéré être initié à la Kabbale. Ce qui peut sembler injuste est en réalité riche de sens : nous avons besoin d'avoir accumulé une certaine expérience terrestre avant de prendre notre échelle et d'aller questionner le concept divin. 

La Kabbale juive a bien sûr été adaptée dans d'autres croyances, parfois défaite de ses origines et de ses objectifs, et ce n'est pas à moi de vous dire quoi faire ou ne pas faire. Mais sachez où vous allez, ce que vous faites, avec qui, etc. Si la Kabbale vous intéresse, ne vous contentez pas de lire et de faire des jolis arbres de vie dans votre bullet journal : venez, parlez avec nous !

La Kabbale est une vue mystique et comme tout mysticisme, elle ne se détache pas de son exotérisme, le judaïsme. 

Est-ce qu'on peut s'intéresser à la Kabbale juive sans être juif-ve ? Oui, on peut, mais il faut le faire avec respect. 

 

Comment explorer la Kabbale de manière éthique ?

Pour moi, il est essentiel de se diriger vers des sources juives, afin de ne pas léser les personnes dont c'est la culture ni dénaturer celle-ci. A ce sujet, vous pouvez lire l'excellente réflexion de Céline de Soul Supa Food qui traite de l'appropriation de pratiques spirituelles qui nous sont étrangères. 

Et pour aller plus loin, un article des Glorieuses, un média que je vous conseille chaudement si vous voulez déconstruire les schémas et les croyances politico-sociales (ouais, rien que ça !)

Attention : il ne s'agit pas ici de faire la chasse à qui est parfait et qui ne l'est pas, la spiritualité est toujours faite d'emprunts à un niveau, mais c'est important d'en avoir conscience. 

 


La brisure du monde et l'absence du Divin.

Ce concept est essentiel à la Kabbale. Pour les Kabbalistes, D.ieu s'est retiré du monde, et on le nomme parfois "Ein Sof" ("peut-être"). La 'houtspa (le culot) juif dans toute sa splendeur : nous nous permettons de dire que D.ieu n'est même plus là, au coeur de Sa Création ! Et pourtant... C'est là tout le coeur de la pensée juive : l'être humain a de ce fait une grande responsabilité dans ses actions. Pour les kabbalistes, nous oeuvrons grâce à chacune de nos actions au "Tikkun Olam", la réparation du monde. Nous avons, chacun et chacune, une grande responsabilité dans la mise en place de l'ère messianique (oui, c'est aussi ça, la Kabbale). 

 


Je vais ici vous partager des sources pour mieux comprendre la Kabbale et le judaïsme, car la Kabbale peut être très hermétique si on n'a aucune connaissance de la pensée juive. Il faut garder à l'esprit que c'est l'étude - comme pour le tarot - personnelle de la Torah et des textes qui affine la compréhension de la pensée symbolique kabbaliste. Ce que vous avez à apprendre ne se trouve malheureusement pas dans les livres grand public - comme pour le tarot -, il faut en faire l'expérience et se plonger dedans. 

 

Pour ma part, j'explore l'arbre de vie tous les ans dès le premier jour de Pessa'h, avec le hashtag #Taromer, qui a été lancée par des jewitches (sorcières juives) anglophones. Il s'agit de compter l'omer (période qui sépare Pessa'h, qui célèbre de la sortie d'Égypte, de Chavouot, qui célèbre la réception de la Torah) avec le tarot. Le comptage de l'omer est à l'origine une tradition liée au Temple et à Chavouot, mais je trouve ça génial de s'approprier de nouveau cette pratique pour explorer et vivre à notre tour l'Arbre de Vie.

 

Il est grand temps de vous partagez maintenant mes sources préférées. Attention, cette liste n'est pas exhaustive.

 

Sur le judaïsme :

20 clés pour comprendre le judaïsme, collectif.

Qu'est-ce que le judaïsme libéral, du rabbin Pauline Bebe.

Comment les rabbins font les enfants, du rabbin Delphine Horvilleur.

En tenue d'Eve, du rabbin Delphine Horvilleur.

Moïse fragile, de Jean-Christophe Attias.

Magie : anges et démons dans la tradition juive, collectif.

 

Sur la Kabbale : 

La Rose aux Treize Pétales, d'Adin Steinsaltz.

La Kabbale pour débutant, du rabbin Haïm Korsia (actuellement Grand Rabbin de France au Consistoire).

La Kabbale, de Gershom Scholem.

Mystères de la Kabbale, de Marc-Alain Ouaknin.

La Kabbale, histoire et doctrine, de Franjo Terhart.

 

C'est volontairement que je ne vous envoie pas lire le Sefer Yetsirah ou le Zohar. Si ce sont des sources incontournables de la Kabbale, elles ne me semblent pas pertinentes à lire quand on débute notre exploration, surtout si on lit seul-e.

 

Pour aller plus loin : 

Le tarot hébraïque, de Frank Lalou.

Premiers pas en hébreu, ABC de l'hébreu, collectif, Larousse.

The Hebrew Priestess, de rabbi Jill Hammer.

Difficile de parler de Kabbale sans évoquer le rabbin Isaac Louria, fondateur de l'école kabbalistique de Tsfat, la ville de la Kabbale (peut-être plus connue sous son nom occidentalisé, Safed). 

 


Que retenir de cet article ?

- La symbolique est une dimension importante de la Kabbale.

- ll faut interpréter le texte, le détisser, pour en extraire la vérité.

- La Kabbale se fonde sur la spiritualité juive.

- La Kabbale peut être une grille de lecture du tarot, mais pas la seule. 

 


Tu as aimé cet article ? N'hésite pas à le partager. Il y a un sujet que tu aimerais que j'aborde dans un prochain article ? Envoie-moi un petit message pour m'en parler. Envie de travailler avec moi ? N'hésite pas à parcourir mes offres.